Savons-nous bien communiquer ?

Couple, discussion, dispute

« Entre ce que je pense, ce que je veux dire,  ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre. »
Bernard Werber.

Nous sommes dans une ère où les outils de communication n’ont jamais été aussi à la pointe de la technologie : téléphones portables interactifs, Internet, réseaux sociaux, jeux en ligne, moyens de transport ultra rapides. Et pourtant la communication réelle entre les êtres est de plus en plus difficile, peut-être la conséquence de cette déshumanisation des rapports sociaux.

Nos jugements,  peurs et croyances, nos émotions non gérées et notre réactivité nous empêchent de nous comprendre véritablement.  Nous avons des difficultés à nous exprimer et des difficultés à écouter.

Qu’est-ce que la communication positive ?

 

La communication positive fait partie intégrante de l’intelligence émotionnelle, que l’on appelle aussi « intelligence du cœur ». Elle est basée avant tout sur l’empathie, l’écoute et la présence à l’autre, dans un climat de bienveillance, de respect mutuel et d’ouverture du cœur. Elle reflète un échange authentique entre deux personnes.

Elle aide à désamorcer les conflits, à pacifier la relation et à aller de l’avant. Combien de couples ne se déchirent-ils pas faute de ne pas connaître les règles d’une communication efficace ? Ils se noient dans des critiques, d’interminables reproches qu’ils répètent à l’autre encore et encore.

Derrière chaque événement, chaque situation décrite, ce ne sont pas tant les faits qui importent, contrairement aux idées reçues, mais en réalité des sentiments que cela provoque en nous. Ce sont  des émotions que l’on a souvent refoulées ou que l’on a du mal à exprimer. Il peut même s’agir de blessures anciennes qui n’ont pas été cicatrisées.

Dans tout ce qu’elle dit ou fait, une personne ne parle jamais que d’elle-même, de ses besoins et de ses attentes. Plus ses formulations sont critiques, voir injurieuses, plus elles signifient l’importance de la détresse, du malaise, du manque. Tant que ses sentiments ne sont pas entendus, une personne qui souffre continuera de les crier par des comportements inadaptés.

Pratiquez l’écoute active, avec empathie

 

C’est là-dessus que je base mes séances de coaching.  C’est une clé essentielle d’une communication efficace.

Souvent la personne a simplement le besoin d’exprimer ses sentiments, ses émotions devant la situation qu’elle vit. Elle a besoin d’une présence, d’un silence attentif. Vous pouvez l’encourager à exprimer ses sentiments, ses émotions devant la situation qu’elle vit.

L’empathie est une dimension très importante de l’intelligence émotionnelle. Elle demande de savoir sortir de son égocentrisme pour se centrer sur le vécu d’autrui. Se montrer empathique, c’est ressentir sans juger.

Utilisez des messages de confrontation en « je »

 

Si vous voulez amener l’autre à faire preuve d’empathie envers vous lorsque vous vivez une situation difficile ou une frustration, parlez en langage « je ». Le « tu » est accusateur et rend l’autre responsable de votre malaise.

Décrivez le comportement de l’autre sans le blâmer. Expliquer les effets concrets que cela a sur vous. Exprimez les sentiments que vous ressentez face à ces effets. Ensuite faites votre demande.

Derrière tout sentiment de frustration, de colère, il y a toujours des besoins non satisfaits. Reconnaître ses propres besoins et décoder ceux de l’autre aide grandement à la compréhension mutuelle et au renforcement des liens.

 

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *