Quand rien ne va plus : choisir de lâcher prise

Détente mer

Lorsque je me sens impuissante devant une situation qui semble être une impasse à mes yeux, lorsque j’ai déjà « tout » essayé, du moins tout ce qui était « en mon pouvoir », je n’ai plus d’autre choix que de m’arrêter, de lever mes défenses, de baisser les armes, et de m’abandonner à la vie, à quelque chose que je sais, au fond de moi, de plus grand et plus puissant que moi. Cette force de vie mue par l’énergie de l’amour qui harmonise tout dans l’Univers.

Du point de vue de la physique, si je maintiens la prise, cela signifie que je maintiens le système sous tension. Le fait de relâcher, d’enlever la prise, permet la mise hors tension, le relâchement et donc la détente du système, faisant place au silence après le vacarme.

En me recentrant sur moi, en oubliant tout ce qui m’entoure, n’écoutant plus que mon ressenti intérieur, je rentre dans le silence au plus profond de mon cœur, au cœur de mon cœur, attentive à sa vibration subtile. Je retrouve un état de paix intérieure, comme une sage vérité que l’instant présent m’offre comme seule réalité d’un monde illusoire façonné brique par brique par la projection de toutes mes pensées, croyances et émotions.

J’arrête ce combat des opposés, cette lutte entre mon égo et mon âme. Je refuse de me laisser embourber dans ce perpétuel conflit interne.

Ne plus agir, me laisser aller ? Ou plutôt agir dans le non agir ?

Ne plus laisser l’égo agir : c-à-d arrêter de se battre pour revendiquer son autorité, ses droits, la satisfaction de ses besoins, sa place dans le monde et la reconnaissance d’autrui ?

Et plutôt laisser l’âme agir : c-à-d revendiquer son droit à la liberté, à la joie de vivre, au déploiement de ses talents, de son pouvoir créateur, forcer les murs de la prison de l’égo pour faire rayonner sa lumière ?

J’ai besoin de ces deux parties de moi pour vivre, et pas seulement pour survivre !

Pour arrêter ce bras de fer entre l’âme et l’égo, j’entame alors une négociation.

La plus grande revendication de l’égo est : être reconnu, estimé, aimé.

Or, c’est précisément la plus grande force de l’âme, en tant que parcelle du divin : répandre l’amour et la protection.

L’égo a besoin de l’énergie d’amour de l’âme, de sa créativité, de sa lumière, de son amour.

Et l’âme a besoin de l’égo pour concrétiser ses passions et talents dans la matière, et vivre sa lumière.

La négociation portera donc sur l’abandon des défenses de l’égo.

Ces défenses, il en a eu besoin à un moment de sa vie pour se protéger, pour éviter de souffrir de ses blessures du passé.

A présent, l’être conscient n’en a plus besoin. Il peut se libérer, enlever son armure que sont l’esprit critique, les jugements, les rejets, l’égoïsme, la domination, les ressentiments, les peurs, etc … Libéré de sa carapace, l’être peut laisser déployer son essence et offrir au monde le rayonnement de sa nature profonde.

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.  Et laissez-moi un commentaire, cela me ferait plaisir de connaître votre avis.

 

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *