Faire confiance à la force de vie

force de vie

Et voici revenus les devoirs d’automne au jardin ! Comme chaque année, à la fin de l’été, je commence à élaguer mes arbustes, sapins, noisetiers …

Je me décourage et en même temps m’émerveille de constater la puissance avec laquelle ces arbres poussent sur un an.  Et cette année, je trouve qu’ils s’en sont particulièrement donné à cœur joie !  Plus d’un mètre de croissance pour certains d’entre eux !

Par moments, je culpabilise de devoir couper net cet élan de vie.  Mais je me dis que, si je laisse trop faire, l’ombre prendra l’ascendant sur la lumière. De plus, cela risque de gêner mes voisins. Et comme mon leitmotiv est de maintenir un équilibre en tout et partout, il est de mon droit et même de mon devoir d’apporter des limites à ce qui pourrait devenir envahissant. Il s’agit d’écologie pure et simple.

J’aime me mettre à l’écoute de la nature. Comme lorsque je parcours chaque page d’un livre, elle me « dé-livre » chaque jour un message nouveau.  Ainsi, aujourd’hui, je suis particulièrement admirative devant cette formidable force de vie dont témoigne notre Terre.  Simplement, sans se forcer, sans aucune crainte, juste en laissant faire.

Et si nous faisions de même : laisser faire, sans attente particulière de résultat, sans crainte mais dans la confiance, alignés dans l’axe Terre-Ciel tels ces arbres qui laissent l’énergie vitale faire son œuvre ?

La société et notre éducation ont bien souvent mis des limites à notre croissance, ont stoppé net l’élan de nos rêves et de notre cœur.  Certes, il est bon de poser un cadre, d’établir des règles sous peine de verser dans l’anarchie.  Comme le travail d’élagage que j’entreprends chaque année dans mon jardin.  Mais cela, je le fais en conscience, en sachant que je n’empêcherai de toute façon pas leur croissance, et qu’au cycle suivant, elle reprendra de plus belle.

Cependant, lorsque nous pratiquons des tailles sauvages, exagérées, plus que de raison, nous agissons  contre nature.  Comme la pratique de cet « art » japonais qui façonne des bonzaïs, nous empêchons l’élan vital de se déployer.

Toutes les interdictions, manipulations, punitions injustes que nous avons pu subir dans notre enfance nous ont coupés de cet élan vital, de cette force de vie.  Elles nous ont plongés dans un sentiment d’impuissance et nous ont limités dans notre confiance à réaliser nos rêves.  Ou pire, elles nous ont fait nous sentir victimes passives, sujettes aux manipulations et jeux de pouvoir.

Reprendre confiance dans notre puissance, qui est l’essence de notre véritable nature, en nous réalignant sur l’axe Terre-Cœur-Conscience, est le désir de notre âme, et le grand défi notre ère.

 

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *