D’où vient le manque de confiance en soi ?

Confiance en soiConfiance en soi ou estime de soi ?

 

Combien de fois ne me suis-je pas dit, ou entendu dire : “je n’ai pas assez confiance en moi “ !  Mais qu’est-ce au juste que la confiance en soi ?  Suis-je constamment obligée de relever des défis pour l’améliorer ?  Et pourquoi cette confiance en soi connait-elle des hauts et des bas, ou son intensité varie-t-elle en fonction des situations que je vis ?

Le modèle de société dans lequel nous avons grandi nous soumet aux lois de la performance et valorise la réussite, le succès, qu’il nous semble difficile d’atteindre si nous manquons de confiance en soi.  Celle-ci se construit par des opinions, des pensées et des actions.  Elle suppose une bonne connaissance de soi, de ses capacités et aptitudes.  Elle est souvent aussi tributaire des résultats de nos expériences : elle variera selon ce que nous considérons comme des réussites ou des échecs.  Elle peut être élevée dans des domaines spécifiques de notre vie, ou très basse dans d’autres.  Par exemple,  nous pouvons être très sûrs de nous dans la pratique de notre profession que nous maîtrisons parfaitement, et complètement embarrassés dans nos relations affectives.

Le manque de confiance en soi est basé sur nos peurs, et trouve son origine à travers des expériences négatives du passé.  Si celles-ci sont répétitives, elles ne feront que l’aggraver au fil du temps.  Il est donc impératif de reconsidérer ces expériences avec un autre regard, et de se demander ce qui les a provoquées, et réfléchir ensuite sur les points positifs qui en ont émané, car dans toute, je dis bien dans toute situation négative existe toujours des côtés positifs.

Parfois, le manque de confiance en soi est très puissant car notre subconscient est pollué par des croyances limitatives, des pensées automatiques, ces “petites voix” qui nous ont conditionnés au cours de notre enfance, et qui nous paralysent ou nous empêchent d’agir de manière appropriée pour obtenir les résultats escomptés : les “il faut que, tu ne dois pas, tu devrais, cela ne se fait pas …”

La confiance en soi se traduit par une bonne image de soi qui serait pour beaucoup la clé du succès.

La confiance en soi découle de l’estime de soi

 

L’estime de soi implique une auto-valorisation ; nous nous accordons une certaine valeur en fonction de notre capacité à réussir – ou pas – certains domaines de notre vie.  L’estime de soi va inévitablement connaitre des hauts et des bas selon que l’on atteint ou que l’on rate nos objectifs.

La recherche de l’estime de soi est une quête tyrannique, car elle est fondée sur les jugements et critiques d’autrui non seulement face à nos réussites et nos échecs, mais aussi en fonction de notre respect d’un modèle de valeurs que prône notre société, notre famille ou notre entourage.  Nous désirons alors nous montrer « estimables » pour gagner l’estime et l’amour des autres.  Nous devenons perfectionnistes, avec comme conséquence que nous nous sentons souvent insatisfaits.

Et là où le danger est encore plus grand, c’est lorsque ces jugements et critiques émanent de nous-mêmes et de l’évaluation que nous faisons de nos propres comportements et croyances à notre sujet.

Une mauvaise estime de soi peut donc concerner davantage ce que je suis plutôt que ce que je fais.  Elle n’est alors pas tant conditionnée par mes actions, mais peut être la conséquence de critiques, de jugements, attitudes humiliantes d’autres personnes à mon égard.  Elle peut être le résultat de dévalorisations plus ou moins importantes vécues dans mon enfance, et qui ont provoqué des blessures émotionnelles qui n’ont pas encore réussi à cicatriser.

L’estime de soi découle de l’amour de soi

 

Surtout, ne confondons pas estime de soi, ou amour de soi, avec la posture narcissique.  L’excès d’estime de soi deviendrait alors une traduction d’un égo surdimensionné, l’égo constituant notre « moi social », c’est-à-dire notre personnalité de survie que nous endossons pour nous protéger et donner la plus belle image de nous aux autres.  Dans ce cas, si je veux maintenir l’image la plus estimable possible de mon moi social, je vais devoir m’imposer une pression élevée, qui peut me conduire tout droit au burnout, à la maladie ou à toute autre évènement traumatique.

Alors, comment faire pour relâcher un peu cette pression ?

L’estime de soi concerne davantage ce que je suis plutôt que ce que je fais ou l’image déformée de moi que j’ai pris l’habitude d’afficher.  Elle touche mon « moi profond », mon moi essentiel qui est le reflet de ma vraie nature.

Je peux choisir un mode dans lequel mon estime de moi n’est pas conditionnée par les autres, mais où je vais commencer par me donner de l’auto-empathie.  Je vais me donner de la douceur, de la bienveillance envers ce que je suis, ou mieux envers ce que je ressens quand je suis ou fais quelque chose qui ne répond pas à mes valeurs, à ce que mon « moi essentiel » veut de bien pour moi.

Car il y a là souvent un conflit interne : d’une part, il y a la partie de moi qui fait telle chose, d’autre part il y a une autre partie de moi qui en souffre.  Je vais accueillir et donner de la compassion et de la tendresse envers la partie de moi qui s’est écartée de mes aspirations et qui n’est pas satisfaite de ce que j’ai fait.  Je ne vais plus utiliser le langage du jugement, de la critique, car c’est cela qui me fait souffrir.  Au contraire, je vais être à l’écoute de mes émotions, de comment je me sens, quels besoins ou valeurs n’ont pas été satisfaits.  Ensuite, je vais intégrer ces deux parts de moi-même, et réfléchir à quels changements je pourrais apporter dans mon comportement ou à ma façon de penser pour atteindre le résultat souhaité.

Partagez:

One thought on “D’où vient le manque de confiance en soi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *