Contre quoi te bats-tu ?

Depuis quelques jours, j’émets l’intention de pouvoir canaliser les énergies de Marie-Madeleine, et voici que le message me vient d’une manière totalement inattendue et dans l’expérience de la 3D !

En effet, je viens d’avoir une révélation en changeant les draps de mon lit !

Contre quoi te bats-tu ?

 

Tu essayes de positionner ta housse de couette le plus parfaitement possible, mais tu déploies des efforts pour y parvenir et en plus cela réactive ta douleur à l’épaule. Tu pestes un peu, te disant que cette opération n’est pas commode.

 

Contre quoi te bats-tu ?

 

Tu voudrais que tout soit parfait, tu voudrais être parfaite ! Et tu as du mal à supporter que cela demande des efforts, que cela soit compliqué, que cela soit douloureux. Alors tu râles, tu éprouves de la colère contre toi-même. Est-ce ta façon de t’aimer ? Tu crois que l’amour de soi demande que l’on n’éprouve plus de tristesse ni de peurs ? Que l’on soit guéri de toutes ses blessures ? C’est précisément cela qui te procure de la colère contre toi-même. C’est le manque d’amour de soi qui provoque ta colère, c’est-à-dire la non acceptation de toutes les parts de toi qui sont encore fragiles. Ta vulnérabilité n’est pas à combattre.

Il ne t’est pas demandé de te battre contre tes peurs, tes tristesses, et toutes les autres émotions que tu peux ressentir. Au contraire, accueille-les comme faisant partie de toi. Il t’est juste demandé de te libérer de la colère et de la peur de toi-même ! La peur engendre la colère, la haine et le rejet. C’est pour cela que tu crois que tu n’es pas aimée et que tu es rejetée, ou que tu en vis l’expérience dans la matière.

Tu as peur de toi-même car tu ne te fais pas confiance. Cela fait naître de la colère envers toi, envers les parties de toi que tu n’acceptes pas. Accueille-les avec bienveillance. Et fais confiance à tes émotions, elles sont une boussole pour t’indiquer le chemin à prendre. Tu souffres parce que tu es triste, parce que les choses ne sont pas comme tu voudrais qu’elles soient, alors tu trépignes d’impatience et tu cries à l’injustice. Tu éprouves de la colère contre le monde qui t’entoure, mais c’est en vérité de la colère contre toi car tu ne reconnais pas les parties en toi qui souffrent.

L’antidote à la colère est l’Amour inconditionnel, c’est-à-dire l’acceptation de tout ce que tu es, sans lutte, sans résistances, sans jugement, mais avec re-connaissance, avec pardon, et avec gratitude. Accepte-toi comme tu es. Le seul fait de re-connaître tes faiblesses est déjà de l’amour inconditionnel envers toi. Sois indulgente et douce envers toi. Et tu connaîtras la vraie paix intérieure.

Tout en observant mes pensées, l’image de Marie-Madeleine me revient à l’esprit. N’est-elle pas le symbole du pardon et de l’accueil par Jésus de cette femme que l’on qualifiait de pécheresse et qui était exclue de tous ? N’est-elle pas la figure de la guérison du Féminin Sacré par le Masculin Divin représenté par Jésus ? Tous deux symbolisant l’Union Sacrée du Féminin et du Masculin, le couple divin de Flammes Jumelles, que l’Eglise s’est évertuée à dissimuler depuis des millénaires, sous l’emprise de la société patriarcale dominée par les peurs de l’égo.

Gratitude à Lady Nada pour cette belle inspiration !

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *