Conflits armés : Dialogue avec mes guides

Après avoir rédigé mon dernier article « Quand rien ne va plus : choisir de lâcher prise », ont inéluctablement surgi dans mon esprit des questions concernant l’attitude à avoir face à la menace terroriste. Je demande alors à mes guides de me fournir des réponses. Je partage ici le résultat de mon dialogue interne.

 

“ Q. Dans le cas de conflits armés, doit-on baisser les armes ? Doit-on rendre les armes et se laisser dominer, tuer, exterminer ?

Où sont la lumière, l’espoir, la force de vie ?

Si on abandonne ses peurs, si on fait confiance à la vie, au divin, cela suffira-t-il à faire fuir les ennemis destructeurs ? Comment les faire fuir, uniquement par la force de l’amour ?

R. Si je suis piquée par une guêpe, je me soigne, je ne cherche pas à tuer l’insecte. Car cela ne sert à rien, et il y en aura d’autres.

 

Q. Que puis-je faire pour les empêcher de m’attaquer ?

R. Si une guêpe s’approche de moi, je garde mon calme et mon sang-froid. Je ne m’agite pas, je reste immobile et elle finira par s’en aller. Si je m’agite, si je montre ma peur, c’est sa peur à elle qui l’incitera à me piquer pour se défendre.

 

Q. Oui mais une guêpe n’émet pas l’intention délibérée de m’attaquer sans raison, juste parce que je suis différente d’elle !   Elle cherche seulement de la nourriture pour sa survie.

R. C’est déjà une bonne raison, la survie.  Certains insectes se mettent en danger pour la survie du groupe.

 

Q. Comment faire pour ne pas les attirer à moi ?

R. Je ne m’expose pas inutilement, je garde mes distances par rapport au nid, je ne vais pas les attaquer, je ne les provoque pas, je les respecte et les laisse vivre leur vie. Elles finiront par disparaître car leur durée de vie est courte et elles ne sont pas éternelles.

 

Q. Oui mais si elles deviennent folles, dangereuses, si elles envahissent et attaquent partout ?

Ne pourrais-je pas utiliser des pesticides pour les éradiquer ?

R. Les armes chimiques détruisent d’autres vies aussi …

 

Q. Et si je mets le feu au nid ?

R. Il y aura des survivantes, et elles vont reformer un groupe ailleurs.

Mais, au fur et à mesure que la saison avance, elles seront moins fortes, elles finiront par disparaitre avec le froid de l’hiver, de même que certaines espèces animales sur terre en voie de disparition, souvent d’ailleurs suite à l’intervention de l‘homme.

 

Q. Et les terroristes, doit-on attendre qu’ils disparaissent d’eux-mêmes ?

R. Ils ont déjà cet esprit d’autodestruction puisqu’ils n’hésitent pas à se faire exploser, donc ils sont dans un courant énergétique d’implosion. C’est comme ces insectes qui, lorsqu’ils piquent, meurent après avoir perdu leur dard, indispensable à leur survie.

 

Q. Donc on ne doit rien faire alors, juste lâcher prise ?

R. Le mieux que nous pouvons, que nous devons faire est de leur envoyer un maximum de lumière, d’amour, de compassion : soit ils vont se rendre, soit ils vont abandonner le combat, soit ils vont disparaitre. “

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *